Accueil
Accueil

La Norvège renonce à la co-organisation de l’Euro-2020 de handball féminin, le Danemark cherche une alternative

Copenhague – La Fédération norvégienne de handball a annoncé, lundi, qu’elle renonçait à la co-organisation de l’Euro-2020 de handball féminin, en raison des contraintes liées au Covid-19, laissant son voisin nordique, le Danemark, seul à la recherche d’une alternative à 17 jours de l’événement.

« Nous sommes déjà en train d’examiner ce qui peut être fait en ce qui concerne le déroulement de l’ensemble du Championnat d’Europe au Danemark. Je ne peux pas en dire plus pour le moment. C’est une tâche énorme qui nous attend, mais s’il y a quelqu’un qui peut la résoudre, ce sont mes collègues de l’Association danoise de handball et tous les bénévoles fantastiques », a déclaré Per Bertelsen, président de la Fédération danoise de handball.

Plus tôt dans la journée, la Fédération norvégienne de la discipline a informé l’Association européenne de handball et la Fédération danoise que les Championnats d’Europe de handball féminin, initialement prévues en décembre, ne pouvaient avoir lieu en Norvège.

« Bien sûr, nous avions hâte d’organiser ce championnat avec la Norvège. Il y a de très nombreuses heures de coopération et de préparation derrière la planification d’un championnat, et nous sommes donc vraiment tristes que les restrictions norvégiennes nuisent à nos bons collègues de l’Association norvégienne de handball », a regretté Per Bertelsen.

La Fédération européenne de handball (EHF) a dit « beaucoup regretter la décision du gouvernement norvégien », en référence au refus des autorités sanitaires norvégiennes d’accorder des exceptions aux mesures très strictes en place dans le pays.

La Fédération danoise de handball espère être en mesure de fournir de plus amples informations sur le règlement des championnats d’Europe demain mardi.

Lire le précédent

Eliminatoires CAN-2021 (4è journée/Gr.E) : Le Burundi s’impose face à la Mauritanie (3-1), le Maroc toujours leader

Lire Suivant

Joueurs binationaux : Le changement de la représentation, une révolution géofootballistique ?