Accueil
Accueil

L’Equateur et l’ambition de renverser les pronostics au mondial 2022

Par Khalid ATTOUBATA.

Quito – La Coupe du monde 2022 s’approche à grands pas. Des équipes sont prêtes à se battre pour le titre au Qatar et d’autres sont animées par l’ambition de créer la surprise, réécrire l’histoire et redessiner la carte du football mondial. L’Equateur est l’illustration parfaite de ce deuxième groupe de sélections.

Le pays sud-américain évoluera dans le groupe A, aux côtés du Qatar, pays hôte, le Sénégal et les Pays-Bas, un des groupes les plus équilibrés de cette coupe du Monde et qui reste ouvert à tous les pronostics.

L’Équateur arrive à ce mondial après des qualifications qu’il a terminées en quatrième position avec 26 points, sept victoires, cinq nuls et six défaites. En Copa América 2021, il a perdu en quart de finale contre l’Argentine, future championne.

La participation de l’équipe équatorienne à la coupe du monde à Qatar a été ébranlée par l’affaire Byron Castillo, dont la presse a révélé des documents alléguant qu’il était de nationalité colombienne.

Après plusieurs mois de batailles juridiques dans les enceintes de la FIFA et de la justice sportive, la qualification de l’Equateur a été ratifiée par l’instance dirigeante du football mondial qui a dissipé le risque qui planait sur la participation des Équatoriens.

La Tricolor, 44è mondiale, s’appuie notamment sur une nouvelle génération de joueurs comme Moisés Caicedo (20 ans) qui évolue à Brighton en Premier League et qui est suivi par les plus grands clubs d’Europe à l’instar de Manchester United. Le milieu de terrain, 23 apparitions avec l’équipe nationale, est un joueur clé de l’équipe depuis l’arrivée de l’entraîneur Gustavo Alfaro.

Piero Hincapié est arrivé au Bayer Leverkusen (Bundesliga, Allemagne) à tout juste 20 ans et il est déjà devenu un pilier de la défense.

De son côté, Pervis Estupiñán, 24 ans, a lui été transféré à Brighton, après une belle prestation en tant que latéral gauche de Villarreal (Liga).

Un autre joueur vedette pourrait voler la vedette lors du mondial qatari. L’attaquant du club turc Fenerbahçe SK est âgé de 33 ans, mais semble toujours capable de consolider son record de buts inscrits pour la sélection nationale (35 buts).

L’histoire de l’Equateur en coupe du monde est loin d’être une saga. L’équipe nationale équatorienne disputera au Qatar sa quatrième coupe du monde, après avoir raté le dernier rendez-vous en Russie 2018. Sa meilleure performance a été les huitièmes de finale en Allemagne en 2006, où il a été éliminé 1-0 par l’Angleterre.

Ainsi, la qualification de l’Equateur pour la coupe du monde est en soit un grand exploit sportif. Cependant, en raison de ses performances lors des éliminatoires, il peut être la grande révélation au Qatar, en décrochant au moins une deuxième place qualificative pour le deuxième tour.

Pour ce faire, les Equatoriens vont devoir écarter le Sénégal, champion d’Afrique, puisque la première place semble d’ores et déjà réservée aux Pays-Bas, bien que le Qatar puisse tromper les pronostics par orgueil de pays organisateur.

Gustavo Alfaro a été un protagoniste fondamental de la qualification de l’Équateur pour la Coupe du monde. L’entraîneur argentin a complètement renouvelé l’équipe et, avec un jeu direct et pragmatique, il s’est classé parmi les meilleures équipes du continent.

Ce sera sa première Coupe du monde en tant qu’entraîneur, mais il connaît bien ce que c’est que d’être dans de grandes compétitions, ayant entraîné Boca Juniors en 2019, avec lequel il a remporté un titre et atteint une demi-finale de la Copa Libertadores.

D’ici-là, le sélectionneur équatorien devrait pallier le problème de l’efficacité et de l’animation de son attaque. La Tri a joué deux matchs amicaux contre l’Arabie saoudite et le Japon, deux rencontres qui se sont soldées par des nuls blancs.

Pour peaufiner davantage son équipe, Alfaro a programmé un match amical contre l’Irak à quelques jours du match d’ouverture contre le pays hôte. Le choix porté sur deux équipes arabes pour les matchs de préparation illustre la conscience du staff équatorien que la qualification au deuxième tour passe forcément par une victoire au premier match et une bonne gestion des deux autres matchs contre les Pays-Bas et le Sénégal, les favoris de ce groupe sur le papier.

Lire le précédent

Coupe du monde/Brésil : une nouvelle fournée de jeunes en quête d’un sixième sacre

Lire Suivant

BJK Cup/Barrage: la France bat les Pays-Bas 3-0